Aller au contenu principal

Appel à contributions pour l'Objecteur de croissance

version PDF

La décroissance comme projet politique

On dit généralement que la décroissance est une proposition éminement politique. Qu'elle constitue, non seulement une critique économique et environnementale, mais bel et bien un projet politique. Pourtant les objecteurs de croissance ne semblent pas faire preuve d'un large consensus sur leur rapport au pouvoir politique traditionnel.

Prenant prétexte du contexte électoral qui vient de voir le Québec se doter d'un nouveau gouvernement, nous avons décidé de nous pencher sur la question politique. Quelle position les objecteurs de croissance devraient-ils adopter face à la politique partisane et électoraliste ? Devraient-ils investir les partis traditionnels ? En fonder de nouveaux ? Se tenir loin du cirque électoral et travailler à la base pour faire émerger un nouveau cadre politique ? En outre, quelle position adopter face aux instances politiques traditionnelles ?

Les débats houleux ayant animés le mouvement français de la décroissance sur le front électoral montre bien à quel point cette épineuse question est loin d'être tranchéee. Le mouvement québécois n'y fait pas exception, certains de ses membres se tenant loin des partis politiques, alors que d'autres ont décidé de s'investir dans Québec solidaire, seule formation politique à avoir jusqu'ici fait preuve d'une certaine ouverture aux idées de la décroissance.

Voilà donc pourquoi nous voulons poursuivre cette réflexion sur la décroissance comme projet polituqe et sur les moyens les plus appropriés pour le porter. Nous attendons vos idées sur le sujet. Les propositions d'articles, d'une longueur de 1200 mots maximum, sont à envoyer au journal au plus tard le 22 octobre prochain. La parution est prévue pour la mi-novembre.